La Demeure du Rayonnant

Publié le par LAPALU Virginie

La Demeure du Rayonnant

Et oui je crois que je vais arriver à lire toutes la collection des Meurois et Givaudan

Il m'a reconnecté à toutes mes mémoires égyptiennes et à Akhenaton. j'adore ces livre car j'arrive à ressentir les émotions des personnes je trouve cela très puissant et merveilleux.

Je ne vais vous donnez le quatrième de couverture mais partager une ou deux citations extrêmement forte.

Je le recommande à tous ceux qui se sont sentis attirés par l'Egypte et ses mystères.

~Comprenez l’essence de cet enseignement que je vous transmets… Chaque femme et chaque homme est prêtre en soi et cela, depuis l’instant de sa naissance. Je veux dire que chacun a la capacité, non seulement de percevoir Aton sans intermédiaire, mais qu’il peut l’inviter en sa demeure et dans son cœur sans l’autorisation de quiconque ! Être prêtre, c’est s’ouvrir au Divin, Le recevoir à sa table et Le refléter autour de soi de mille façons. Les psalmodies ont bien peu à voir avec cet état de fait. Il ne vous est pas demandé de les supprimer car leur douceur et leur rythme entretiennent le Souvenir et la Présence. Cependant, il vous est demandé de les dépasser, puis de réveiller en vous, comme en chacun, la voie d’accès directe aux Champs Célestes. p 132

~nous avons tous peur de ce que l’Amour représente et de la liberté avec laquelle il nous suggère nécessairement de voler ! En révélant à chacun la puissance de son cœur et la maturité possible de sa conscience individuelle, on stimule un sens de la véritable liberté qui a toujours effrayé tous les pouvoirs du monde…

~Aucun être ne saurait plaquer ses vérités sur un autre. Le respect… c’est comme un fruit qui mûrit. Il naît en sa saison et jamais plus vite que le temps ne le lui permet. Et puis, ne pas respecter l’autre, ajouta-t-il, ce serait d’abord ne pas respecter l’ordre du monde. Les actes de l’autre sont toujours de sa responsabilité et il est probable que nous ne soyons placés devant lui que pour le faire se confronter à un choix, à une attitude… tout en vivant, de notre côté, une sem-blable opportunité de nous mesurer à nous-mêmes. Notre vision des nécessités par lesquelles toutes les formes de vie doivent passer est si étriquée ! Ne crois-tu pas que ce scorpion ait été en travers de ce chemin pour nous induire cette prise de cons-cience ? Il y avait deux façons de réagir. La première était de l’écraser, sans même nous poser de question ; la seconde était de lui laisser délivrer son message. Quant au scorpion, n’en doute pas, il vivait lui aussi l’épreuve d’un choix : ou combattre sa peur en m’agressant, tandis que je cherchais à l’approcher de plus près, ou vivre plus intérieurement celle-ci, tout en se donnant une chance de recevoir ma compassion. p 158

Publié dans Bibliographie

Commenter cet article